Jeudi 11 novembre

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 10H00 au cinéma Le César à Apt

Rediffusion du film « Une histoire d’amour et de désir » 

De Leyla Bouzid
Tunisie / France – Fiction – 2021 – 102’

Arrivée de Tunisie, Farah, curieuse, pleine d’énergie, animée d’un fort désir de vie, débarque à Paris pour s’inscrire à la Sorbonne en département de littérature. Elle y rencontre Ahmed, un jeune Fançais d’origine algérienne, timide et renfermé. Celui-ci découvre, à sa grande surprise, tout un pan de la littérature arabe érotique ; en même temps, il tombe amoureux de Farah mais résiste au désir qui l’envahit.

En présence de la réalisatrice Leyla Bouzid

Projection du film « La nuit des rois »

De Philippe Lacôte
Côte d’Ivoire – Fiction – 2020 – 93’

Abidjan, à la prison La Maca (Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan), reconstruite à l’occasion, l’une des plus sordides et les plus surpeuplées de la Côte d’Ivoire. Le dernier prisonnier, choisi par le chef des détenus, dit le Dangôro, doit raconter une histoire toute la nuit. C’est le rituel du Roman qui l’exige afin d’éviter à Dangôro, vieillissant et malade, de se donner la mort. Entre réalisme et magie, se déploie un récit multiple mêlant chants, contes et légendes autour du personnage de Zama, du gang des « microbes », puisé en partie dans les souvenirs d’enfance de Philippe Lacôte.


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 10H00 à la chapelle des Carmes à Apt

Rencontre avec Leyla Bouzid

Venez rencontrer et échanger avec Leyla Bouzid autour de son film Une histoire d’amour et de désir.

Entrée libre


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 13H30 au cinéma Le César à Apt

Projection du film « Myopia »

De Sana Akroud
Maroc – Fiction – 2019 – 82’

Fatem vit dans la montagne, loin, très loin de la ville. Enceinte de six mois, vivant seule avec sa fille, elle attend tous les jours une lettre de son mari, parti travailler on ne sait où. Illettrée, elle ne peut pas lire la lettre ; seul l’imam du village en a le pouvoir. Mais un jour, celui-ci se fait casser ses lunettes. Obligée de les faire réparer, elle part en ville où elle ne connaît personne, se retrouve, à son corps défendant, prise dans une manifestation…


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 16H00 au cinéma Le César à Apt

Projection de courts métrages

« Bab Sebta »

De Randa Maroufi
Maroc / France – 2019 – 19′

Bab Sebta est une suite de reconstitutions de situations observées à Ceuta, enclave espagnole sur le sol marocain. Ce lieu est le théâtre d’un trafic de biens manufacturés, vendus au rabais. Des milliers de personnes y travaillent chaque jour.

« Le départ »

De Saïd Hamich Benlarbi
Maroc / France – Fiction – 2020 – 25’

Adel, 11 ans, vit avec sa mère au Maroc. Il passe son temps à jouer avec sa bande de copains et à suivre les nouvelles de son idole Hicham El Guerrouj, jusqu’au jour où son père qui vit en France décide de l’emmener avec lui. La séparation avec la mère et les copains n’est pas facile.

« Je me suis mordue la langue »

De Nina Khada
Algérie / France – Documentaire – 2020 – 25′

“Alors que je n’arrive pas à me rendre dans mon pays, je décide de faire un détour. Je déambule dans la ville de Tunis à la recherche de ma langue d’origine, l’algérien.” Nina Khada. Dans la continuité de Fatima, la réalisatrice poursuit à partir de Tunis, l’exploration, par les moyens du cinéma, d’une partie de son identité.

En présence du réalisateur et/ou d’un invité spécial


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 17H00 à la Maison Suet à Apt

Vernissage des œuvres de Yancouba Badji

« Like a bird in the sky »
© Yancouba Badji / Adagp 2021 – © Photographie Sophie Bachelier, 2021

“Au-delà d’une qualité d’exécution indéniable, maîtrisée, directe et poignante, la peinture de Yancouba Badji est un des premiers témoignages artistiques et vécus de l’enfer des migrants de la Méditerranée, un témoignage précieux, rare, urgent, vital et fiévreux. Mais si l’œuvre de Yancouba Badji est une œuvre de résilience, elle donne aussi et surtout à voir la peinture prometteuse d’un artiste émergent, brillant et singulier.”
Marie Deparis-Yafil, commissaire d’exposition


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 18H00 au cinéma Le César à Apt

Projection du film « Regard noir »

De Aïssa Maïga & Isabelle Simeoni
Sénégal / France – Documentaire – 2021 – 104’

Dans le prolongement de son livre  » Noire n’est pas mon métier « , Aïssa Maïga est partie dans une espèce de road movie, de La France au Brésil, du Brésil aux Etats Unis pour recueillir des témoignages du réalisateur Ryan Cougler, de la réalisatrice Ava DuVerney, et d’une quinzaine d’acteurs et d’actrices sur la question de la diversité dans le cinéma.

En présence des réalisatrices Aïssa Maïga et Isabelle Siméoni

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 21H00 au cinéma Le César à Apt

Projection du film « Avant le déclin du jour »

De Ali Essafi
Maroc – Documentaire – 2020 – 70′

Revenant aux années 70 au Maroc, le film est un montage de documents d’archives, de photos, de souvenirs, relatifs à un moment foisonnant de l’histoire d’un pays qui rêve d’un monde meilleur. Montage libre où sont convoqués des événements politiques, sociaux, des mouvements artistiques dont, en particulier, celui des jeunes cinéastes qui essaient, fébriles, de trouver de nouvelles formes d’expression. Le tout face à un pouvoir qui n’a pas hésité à recourir à des formes extrêmes de répression pour faire taire une jeunesse assoiffée de liberté. Revient surtout le film culte de Mostafa Darkaoui, enterré par la censure, De quelques événements sans signification (1974).

En présence du réalisateur Ali Essafi


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est titflch.gif.

À 21H00 au cinéma Cigalon à Cucuron

Projection du film « Marcher sur l’eau »

de Aïssa Maïga
Sénégal / France – 2021 – 89’

Tatiste, au nord du Niger, entre 2018 et 2020. L’eau manque terriblement. Houlay, 14 ans, comme d’autres jeunes filles, font plusieurs kilomètres par jour pour ramener de l’eau, aux dépens de leurs études. Quant aux adultes, ils partent loin au-delà des frontières chercher de quoi faire vivre leurs familles. Pourtant, le sous-sol du village recèle un important lac acquifère. Un forage pourrait résoudre le problème. Les habitants s’y emploient, aidés par l’ONG Amman Imman.

En partenariat avec l’association Basilic Diffusion et le cinéma le Cigalon
Réservations : Uniquement au Cinéma Le Cigalon ou sur leur site http://www.cinemalecigalon.fr

En présence de la réalisatrice Aïssa Maïga